• 123
  • Historique


  •  

    Les débuts
    Le jour de la Saint-Patrick de 1947, M. Ken Patrick, ancien officier de l’Aviation royale du Canada (ARC), fondait CAE, alors connue comme la Canadian Aviation Electronics Ltd. M. Patrick voulait « créer quelque chose de canadien et tirer avantage d’une équipe formée à la guerre extrêmement innovatrice et très axée sur la technologie ». Dès le début, le conseil d’administration de la société a réuni quelques-uns des industriels les plus connus du Canada. En 1951, M. R. Fraser s’est joint au conseil et en est devenu le président deux ans plus tard.

     

    Une nouvelle orientation
    Deux contrats extrêmement importants ont marqué le début des années 60. Le premier fut un contrat militaire du gouvernement canadien portant sur six simulateurs Starfighter F-104. Le programme du F-104 constituait la première expérience de la Société dans la simulation radar de masses terrestres et l’intégration d’un système visuel, d’un système de mouvement et d’un enregistreur de missions compact. En moins de cinq ans, cinq autres pays de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) avaient acheté 26 appareils additionnels.

     

    La diversification des produits
    Dans les années 70, les pénuries de carburant, les pressions des environnementalistes et les règlements gouvernementaux ont frappé les transporteurs aériens de plein fouet. Tous ces facteurs ont accru la nécessité pour les transporteurs aériens d’assurer la formation de leurs équipages sur des simulateurs. Les débouchés commerciaux qui en ont résulté et l’approche de CAE qui consistait à concevoir chaque simulateur en fonction des besoins particuliers d’un client ont engendré des percées technologiques importantes dans les domaines de la variation du durcissement des commandes, des systèmes de mouvement, des postes de l’instructeur et du diagnostic de logiciels complexes.

     

    Un défi à relever
    Au cours de cette décennie, CAE a élargi ses marchés internationaux au point d’exporter environ 85 % de toute sa production. Des simulateurs de centrales ont été vendus pour la première fois aux États-Unis, tandis que des systèmes de SCADA faisaient leur entrée en Chine et au Venezuela. On a lancé les systèmes intégrés de commande des machines (SICM) destinés aux navires de guerre, et on en a vendu au Canada et aux États-Unis.

     

    Dix années de diversité
    Les années 90 ont vu CAE mettre en valeur ce que Ken Patrick avait créé en 1947. En une décennie qui aura été capitale dans son histoire, l’entreprise s’est développée au point de devenir le premier spécialiste mondial de la simulation de vol et des systèmes. Les percées techniques accomplies durant cette période l’ont portée au premier rang mondial des industriels qui conçoivent et construisent des simulateurs de vol, des dispositifs d’entraînement au vol, des systèmes visuels, des systèmes d’entraînement sur PC et des systèmes de formation assistée par ordinateur pour l’aviation civile.

     

    Les années stratégiques
    L'arrivée du nouveau millénaire a permis à CAE de cristalliser sa vision en prenant de nouvelles décisions et orientations. Après s'être démarquée pendant des décennies comme chef de file dans la conception et la fabrication de matériel de simulation, CAE s'apprêtait maintenant à entreprendre une démarche audacieuse afin de devenir le premier fournisseur mondial de services de formation aéronautique. L'année 2000 restera à jamais gravée dans les annales de CAE comme celle durant laquelle l'entreprise a annoncé son projet d'établir un réseau de formation mondial — projet qui, en définitive, devait donner à CAE la capacité inégalée de fournir à ses clients l'éventail de produits et de services le plus complet dans l'industrie de la simulation et de la formation.